Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/06/2007

Vivre au bout d'une corde

Comme annoncé, voici le récit d'un passionné d'alpinisme pour inaugurer la "chronique jeune". Le principe de cette chronique pour rappel, est de présenter une passion particulière, une expérience de vie exceptionelle, bref de répondre à l'objectif de ce blog; vous faire découvrir un vaste univers, dans les domaines les plus variés et divers. Si vous cherchez quoi faire le soir ou que faire pour meubler vos journées, bienvenue parmi nous!

Cette note a été rédigée par un passionné d'escalade et d'alpinisme dont je vous conseille de visiter le blog sur le sujet, c'est tout simplement magistral!!! http://blog.theclimber.be/index.php

"Lorsqu'on me demande si j'ai pris une bonne assurance vie pour aller grimper, je réponds en général que la meilleure assurance que je puisse prendre c'est encore d'avoir un bon compagnon de cordée et une corde bien solide. Contrairement à ce que l'on entend partout, l'escalade ou l'alpinisme n'est pas un sport dangereux... mais plutôt un sport d'ange heureux!


J'ai commencé l'escalade vers l'âge de 12 ans. Après avoir quitté les louvetaux, mes parents cherchaient à me caser avec des jeunes de mon âge pendant les vacances d'été. Ils ont finalement trouvé un groupe qui partait faire de la montagne. J'ai ainsi gravi mon premier 3000 à 12 ans, et puis je n'ai fait que continuer à m'attacher à la montagne. Grimper, au delà d'être un sport où l'on tente d'aboutir à un résultat, est aussi un choix de vie.

D'abord l'escalade, contrairement au tennis, au foot où à la danse, vous procure une sensation d'infériorité énorme. Lorsqu'on se trouve face à une paroi de roche de plus de 200m de haut, qu'on se retrouve là, avec son compagnon de cordée et sa corde ... et qu'on se dit : "rendez-vous en haut" ça garde une connotation d'exploit quelque soit le niveau auquel on grimpe. Ensuite c'est une bataille, non pas contre quelqu'un, mais contre soi-même, une parfait maîtrise de soi, maîtrise du vide (du "gaz" comme on dit dans notre jargon).

Ca c'est évidement ce qu'on voit, une certaine éloge de la force, éloge de l'agilité du grimpeur, sa capacité à tenir sur des prises de plus en plus petites. Mais ce qu'on ne voit pas c'est que cette manière de prendre de la hauteur de se battre contre ce rocher, de se faire un avec ce dernier est aussi une manière pour s'extraire de la société qui nous entoure, se retrouver dans un environnement où l'homme n'est plus le maître, où l'homme est face à quelque chose de plus grand, plus fort que lui.

A coté de ça, il y a aussi la confiance de son compagnon de cordée. C'est pas toujours évident d'avoir un compagnon de cordée. Parfois on en a marre qu'il soit là, on en a marre de le voir ... mais rien à faire, il est à l'autre bout de la corde, et heureusement pour soi. Mais c'est aussi celui avec qui on vit une expérience hors du commun, et malgré ces moments où on veut se retrouver seul, les plus belles amitiés, je me les suis faites en grimpant ! C'est dans ces situations là qu'on ne peut plus tricher, qu'on montre qui on est et jusqu'où on peut aller.

Pour conclure je dirais que l'alpinisme est un sport qui apporte énormément à toute personne s'investissant un peu. Mais il est important de ne pas le faire n'importe comment. Partir en montagne requiert une certaine formation et une certaine habitude. N'oublions pas que lorsqu'on arrive en montagne, c'est la nature qui redeviens maître et qu'elle est plus forte que nous. Il est important de le garder en tête."

Greg

Si l'alpinisme vous intéresse, cliquez sur http://blog.theclimber.be/index.php pour en savoir plus et découvrir encore plein d'autres passions, dont une qui me tient à coeur et dont je vous parlerai bientôt: le rock!

Un tout grand merci Greg pour cette note, et un grand coup de chapeau pour ton style littéraire remarquable!

MRdB

Les commentaires sont fermés.